mes poules : les meilleurs oeufs du coin ;-)

L’actualité m'a offert un point de départ parfait pour cette nouvelle chronique « Manger Autrement » sur France Bleu.

Cet été, il était impossible de passer à côté du scandale du Fipronil. Pour ceux qui ont eu la chance de partir sur une île déserte, déconnecté de tout et surtout du wifi, petit résumé :

Le 20 juillet dernier, la Belgique a alerté ses partenaires commerciaux, dont la France fait évidemment partie, de la potentielle contamination d’œufs provenant de certains élevages de poules pondeuses élevées en batterie, par un antiparasitaire utilisé pour lutter contre le pou rouge, qui vient les embêter dans leurs micro-cages, le DEGA-16 qui contient ce Fipronil, autorisé pour vos chiens et vos chats, mais pas pour les animaux à destination alimentaire…

Depuis vendredi 25 Août, s’ajoute à cet anti pou et acarien toxique à haute dose, des contaminations à l’AMITRAZE, un deuxième insecticide "modérément toxique" utilisé par "Chickfriend" (l’ami des poulets, ah ah !), deux entrepreneurs qui ont fait de la lutte contre le pou rouge leur poule aux œufs d’or, et qui sont à l’origine de cette contamination avec leurs pratiques douteuses (en espérant qu'il n'y ait qu'eux qui utilisent ces produits...) … Alors on se rassure, vous n’achèterez pas (sauf contre ordre) de boîtes d’œuf avec des résidus de Fipronil dedans. Et en plus, les autorités sanitaires se veulent rassurantes quant aux conséquences de la consommation d’œufs contaminés… Les taux mesurés sont encore bien inférieurs aux limites autorisées. Si les autorités le disent alors, nous sommes sauvés!

Les œufs de Belgique et des Pays-Bas sont destinés à finir dans des « casseries » pour remplir des bidons de jaunes d’œufs, de blancs d’œufs et d’œufs entiers, ultra stérilisés et contrôlés, et destinés aux industries agro alimentaires et aux collectivités qui pensent qu'utiliser des oeufs liquides et sans coquille est imposé par les règles HACCP 5ce qui n'est pas le cas).

La liste des produits transformés réalisés avec ces ovoproduits s’allonge de jour en jour. Gaufres, pâtes, brownies, marques de distributeurs, mais aussi des marques qui sont censées nous rassurer, sous couvert de régionalisme… Les agro industriels tels Nestlé et les distributeurs comme Leclerc se rejettent la faute pour savoir qui de l’œuf ou de la poule est le fautif… Toujours est-il qu’au final, c’est le consommateur qui doit trier le bon grain de l’ivraie et frayer son chemin en eaux troubles… Une fois encore, c’est à nous d’essayer de manger autrement et d’éviter au maximum les produits transformés…

Facile à dire, à nous de voir ensemble si c’est aussi facile à faire ;-)

Quand je vois tes oeufs - La chanson de Frédéric Fromet