Une fois n’est pas coutume, petite entrave à ma désormais règle personnelle du consommer local et de saison…

Pas facile de résister aux ananas, mangues et autres exotiques sujets d’excitation…

Certes les fraises de Dordogne et du Lot commencent à pointer leur nez dodu hors de leurs barquettes, mais en attendant que leur prix devienne plus raisonnable, je me laisse chatouillée par les toupets fournis des ananas du Costa Rica ou du Cameroun…

Pas très écolo tout cela, mais bon, je ne me passe pas non plus de chocolat et de café alors, de temps en temps, se laisser aller aux sirènes des longs courriers… Et puis avec ma gamba qui veut absolument qu’on replante les pépins de pomme pour « faire pousser des arbres », je pense que notre bilan carbone sera vite rééquilibré !

 

La panacotta, en règle générale, ce n’est pas vraiment mon dada… trop de gélatine, trop de crème, trop de sucre… et pas grand-chose à côté.

Dans cette recette, pas de gélatine mais de l’agar-agar, un peu moins de crème et beaucoup de fruits pour compenser… Un vrai régal en somme.

 

Pour 6 à 7 verrines :IMG_1078

35 cl de lait

20 cl de lait de coco

20 cl de crème liquide entière

3 g d’agar-agar

100 g de sucre pour les becs sucrés,

80 g pour les autres.

En option :

Pâte de spéculoos (pas bio du tout) ou purée de cacahuète

 

1 ananas

100 à 150 g de sucre blond

20 g de beurre

1 c à café de vanille en poudre

 

Vous avez tout ? Alors c’est parti pour au moins 3 minutes de préparation…

Dans une casserole, réunissez les liquides, l’agar-agar et le sucre. Mettez à bouillir en remuant constamment (faites des huit en raclant bien le fond de la casserole et en n’oubliant pas les bords).  Après quelques bouillons (une ou deux minutes), versez dans les verrines.

Glissez dans chacune, au choix, une petite cuillère de purée de cacahuète ou de pâte de spéculoos.

Laissez refroidir et réfrigérez.

 

On s’attaque à l’ananas. Coupez-lui le toupet et la base, puis  épluchez-le au couteau à pain. Otez-les parties dures situées au centre puis hachez menue la chair au couteau, ou avec une moulinette magique…

Dans une casserole bien propre et bien sèche, versez le sucre en une couche bien uniforme et ajoutez le beurre en parcelles. Mettez sur feu moyen à vif et laissez le caramel se former.

Ne le violentez pas, ne le touchez pas jusqu’à ce que vous sentiez qu’il est presque prêt et a besoin de votre aide. Le caramel est presque aussi susceptible que votre belle-mère (la vôtre, pas la mienne, n’allez pas dire ce que je n’ai pas dit !…)

Ajoutez alors l’ananas et remuez pour bien répartir le caramel. Poudrez de vanille (si vous n’avez pas de poudre, utilisez une gousse entière) et laissez compoter quelques minutes.

Débarrassez et tenez au frais jusqu’au moment de la dégustation.

Pour le dressage : Une ou deux cuillères d’ananas sur la panacotta coco.

Difficile de n’en manger qu’une !...


Petit rappel, passez me voir sur mon site latabledeclemence.fr, pour tout savoir sur les cours que je propose, mes prestations de chef à domicile...

C'est tout beau tout neuf!