Petit retour sur la chronique de ce jour dans La Vie en Bleu. 

J'avais décidé de parler Faux-Gras. Et, hasard de programmation, pensées au sommet qui se rencontrent, nous ne le saurons jamais, Nathalie Crombe et Lucie Agostinho avaient invité aujourd'hui Anthony Fardet, chercheur en nutrition préventive à l’INRA et auteur de l’ouvrage « Halte aux aliments ultra transformés ! MANGEONS VRAI » , aux éditions Thierry Soucar.

C'est un livre qui ouvre les yeux sur un phénomène mal connu : L'ULTRA-TRANSFORMATION, QUI CONSISTE A FRACTIONNER DES INGREDIENTS (à les cracker)  POUR LES RECOMBINER ET EN FAIRE DES PRODUITS en vente libre sur les étals de vos supermarchés. Le pop-corn, les barres chocolatées, les jambons sans sel mais bourrés d’addtifs, les margarines avec omega 3 dedans…Ces produits ressemblent à des aliments, ont le goût des aliments, mais vous le comprendrez aisément, sont loin d'en être.

"Un assemblage d'ingrédients, même à bonne réputation comme les fibres, les oméga-3, les vitamines, peut avoir des effets négatifs qu'un aliment non dénaturé n'a pas."

Et c'est le même souci dans les rayons bio et diététiques... C’est le degré de transformation qui est mis en cause, car l'intérêt des aliments est envisagé  d'un point de vue hollistique par Anthony Fardet, alors que l'industrie agro-alimentaire et beaucoup de ceux qui parlent nutrition voient les aliments comme une somme de molécules, de calories interchangeables...

Autant dire que je suis complètement séduite par ce travail qui semble au premier abord redire des vérités connues et reconnues, mais qui en fait est bien plus polémique qu'il n'y paraît. 

C'est donc après une intervention fort intéressante de ce chercheur en nutrition (à réécouter ici) que je parlais faux gras. 

Parce que les vegans, les végétaliens et leurs familles sont toujours confrontés lorsqu'arrive Noël au problème du menu idéal qui réconcilierait tout le monde. Comment faire pour le réveillon ? Foie-gras pour tout le monde sauf pour la nièce veggie vegan, qui mangera ses doigts, ou se laisser tenter par le « faux gras »?

En effet, fleurissent maintenant les recettes de pâté végétal qui pourrait être confondu avec un foie-gras traditionnel. beaucoup de tentatives, peu de réussites...

Vous pouvez tester les recettes partagées par Bio à la Une. Les unes prennent pour base le tofu, les autres la purée de chataignes, toutes demandent pas mal d'épices et de produits bio divers et variés.

J’ai goûté pour vous le faux gras le plus facile à trouver, celui de Gaia, Groupe d'Action dans l'Intérêt des Animaux. L'association belge est à l'initiative de ce produit, de sa commercialisation, mais c'est un industriel produisant du bio qui réalise ce faux gras en Allemagne. 

fauxgrasgaia

Et ce n'est pas mauvais, loin de là. de là à dire que cela ressemble au foie-gras... A la rigueur à une mousse de foie, les aromates aidant beaucoup. 

Le problème fondamental restant irrésolu : nous sommes là face à un produit transformé, ultra mixé... Même si les ingrédients sont nobles, ils sont nombreux : En détail, eau, huile de coco* , amidon de pomme de terre*, pulpe de tomates*, Champagne* (2 %), levure alimentaire*, huile de tournesol*, sel marin, truffe* (1 %), épices* (0,18 %: coriandre*, canelle*, clous de girofle*).

La Petite Frawmagerie, la super petite fabrique vegan clermontoise s'est elle aussi attaquée au Faux Gras, et propose sa terrine composée de : champignons bio, purée de châtaigne bio, beurre de cacao désodorisé bio, noix de cajou bio, huile de noix bio, échalotes bio, huile de coco bio, épices et sel de mer.

  • L'huile de coco dans le faux gras de Gaia est à surveiller. Pour l'instant sa production ne présente apparemment pas de problème écologique majeur, mais si nous en consommons de plus en plus, cela durera-t-il ? Certains articles alarment déjà quant à certaines dérives. 

Et surtout, nous sommes à nouveau, comme dans le schéma de l'agroalimentaire traditionnel dans "la magie de prendre des ingrédients avec une identité propre pour en faire quelque chose de complètement différent"

Et c'est là que cela me dérange. Au quotidien, pour agrémenter mon assiette végétarienne de légumes juste cuits et de légumineuses natures, m'autoriser une tartine de faux gras, en ayant conscience de ce que c'est, avec plaisir!

Pour les Fêtes, proposer le faux gras comme une alternative vegan au Foie-gras produit dans les règles de l'art, là, c'est non, en ce qui me concerne.

Le monde fantastique des végétaliens est tellement vaste, rempli de plaisirs et de goûts simples, vrais et uniques, qu'il me semble dommage de le donner à découvrir avec une tranche de pâté "qui voudrait bien mais qui n'est pas", même s'il est délicieux. Ne tombons pas à nouveau dans les travers de notre alimentation moderne dont les excès sont dénoncés par Anthony Fardet. Nous avons devant nous un champs des possibles propre, éthique, goûteux et simple, ne le polluons pas avec les pratiques qui ont montré leurs limites.

Un velouté de chataignes à la crème d'amande, avec un granola de noix, des toasts de polenta agrémentés de légumes croquants dont vous aurez réalisé l'assaisonnement avec amour seront tellement plus vendeurs pour promouvoir un monde rempli de légumes et de couleurs! Alors plongez-vous plutôt dans des livres de cuisine vegan, surprenez-vous et surprenez vos convives!

Gardez votre faux gras pour vos petits plaisirs cachés, tellement plus avouables que beaucoup d'autres.

Un livre de cuisine vegan à conseiller pour les fêtes (ma chronique de vendredi 7 décembre) Un Grand Noël Vegan, aux éditions La Plage

ungrandnoelvegan

Mon avis à la dent dure de l'année dernière (plus remontée contre la grande machine à digérer les nouvelles tendances que contre les tentatives de la belle et talentueuse Lucie, même si cela ne se sent pas assez)

Ma chronique sur Anthony Fardet