Retour sur un week-end riche en rencontres et en fous-rires.

(Attention private jokes fondus de Twitter inside…Mais pas que, quand même !)

 

logo12

C’est bien beau d’être blogueur, on n’en garde pas moins l’envie de rencontrer d’autres fadas de la touche, d’autres mordus de la pomme et d’autres siphonnés de la cuisine…

 

Ma petite cuisine-tout-terrain va son train, piano ma sano, même si je trépigne et voudrais régaler toujours plus d’heureux gourmands au quotidien. « Il faut laisser le temps au temps ma brave dame », et bientôt mon carnet de commande sera plein comme un œuf, foi d’auvergnate !

Enfin, point trop non plus, car sinon, je n’aurais plus le temps de « réseauter » gaiement ni de m’injecter ma dose quotidienne de tweets aux hormones…

Et là, je crois que le manque me serait fatal. Presqu’autant que si on me privait de fromage…

Ce n’est pas peu dire !

 Via Twitter, j’avais appris l’organisation d’un Foodcamp à Lyon.

 

Bon, je vous avouerais, je ne savais pas du tout ce que c’était que cette chose-là. Le langage 2.0, je m’y mets vite, mais faut m’expliquer longtemps… Même si beaucoup d’amis humains clermontois en doutent maintenant quelque peu.

J’ai vu qu’il y avait à manger, à boire, des ateliers, des discussions, du web, tout ça autour de la cuisine… ça m’a intrigué. Alors j’ai voulu m’inscrire, pour voir.

Mais bien sûr, quand on n’a pas Twitter, on est toujours en retard d’une guerre : c’était complet !

J’ai pleuré ma mère auprès des Geek & Food (en message privé, histoire de garder la face), mais il fallait attendre.

Et jeudi dernier, à minuit (vraiment pas des heures pour recevoir des messages, je vous jure !) Quentin Caillot m’annonçait qu’un inscrit se désistait.

Bien sûre j’étais excitée comme une puce, mais gérer 2 crevettes, 1 homme, 1 aller-retour Lyon Clermont pour être PAT (Prête A Twitter) à 9 h du mat’ un dimanche matin, comment dire, ce n’était pas non plus gagné.

Incroyable mais vrai : Homme n’a pas bronché, genre il a même rajouté : « c’est pour ton boulot alors ça va » (Boulot qui pourtant est un peu complexe à suivre en ce moment pour lui… et a tendance à lui porter sur le système : pas facile de voir sa femme cuisiner, se démener, et rester connectée au maximum…)

 

Me voilà donc en route pour le premier FoodCamp Lyonnais !

 

7h du mat : Je monte dans la voiture de mon covoitureur.

Petite présentation,  « tu vas où ? –Au FoodCamp Lyon –Nous aussi !^^ »

La vie est bien faite, il y a toujours des hasards heureux : je fais donc connaissance en avant-première avec Stéphane et Aline qui viennent de monter Le Point Gourmet, un site sur lequel ils proposent des ventes éphémères de produits alimentaires avec à chaque fois une thématique région. Une bonne idée, une belle mentalité, un humour comme je l'aime.

Ça commence à parler bouffe au saut du lit.

Mais pas que ! On dévie sur le Coworking, puisqu’ils  font partie de La Cordée à Lyon.

Le monde d’aujourd’hui me rend vraiment enthousiaste : vivement l’espace de coworking clermontois que j’y installe mes gamelles et mon ordi !

La deuxième covoit’ devait vraiment se demander avec quelle bande de malades elle était tombée.

 

IMG_2580

Arrivée à Lyon, direction My little Petits gâteaux, mon carton de Bières du Plan B sous le bras.

Une bien jolie boutique, dédiée aux cupcakes et autres gâteaux bien fifilles… J’en connais à Clermont qui se seraient pâmées d’envie…

 

IMG_2584

IMG_2585

On discute, le temps que tout termine de se préparer. On se présente peu à peu, on finit par dégainer, d’abord en rougissant puis ensuite en toute confiance Ipad, Iphone et autres androïds…

Une fois lancés, ça mitraille dans tous les sens, ça vibre dans les poches, tweete et retweete tout en discutant. On est entre convertis, entre dépendants anonymes, on se sent comme chez soi quoi !

 

IMG_2583

Le matin, des groupes de discussion se forment : Le local, les Tendances Culinaires, le bien-manger, vivre de son blog et autres geekeries… Je choisis le dernier groupe.

C’est avant tout l’occasion de se connaître entre nous, de passer la frontière de nos écrans, de parler de nos quotidiens où l’on aimerait tous passer de la passion au métier, sans trop savoir comment faire, en tâtonnant et en laissant parler notre sensibilité. Avec Anne-Liesse (quelle beau prénom!), de Bulle et blog, Virginie de Cuisine Monochrome, Aline (ma covoit'!) et Céline, parisienne de l'étape, on se comprend, on échange, on avance.

Dans les autres groupes, les références au Slow Food et au mouvement locavore fusent et ça me rassure.

 

IMG_2589

Après un petit rapport devant le groupe réuni, l’apéritif est annoncé. Dégustation de jambons de différentes origines (pas de jambon d’Auvergne, pfff…), préparé par Aoste (ça va, je vous entends de là ! Mais n’empêche que le pata negra, ça ne se refuse pas et qu’il était très bon!) et de vins en accord proposés par All you need is wine, vente de vins en ligne et d’une box découverte (calmez vous mes bio convaincus, je sais ce que vous vous dites, mais il en faut pour tous les goûts : un jour, les vins propres et goûtus envahiront le monde et peut-être même leur site. Ce ne sont pas de mauvais diables, ils ont l’air de très bonne volonté même !)

IMG_2592

IMG_2596

Toujours est-il que j’ai dégainé la bière du Plan B pour être sûre de ce que je buvais ! Et pour sûr, elle a plu la bière d’Anne-Lise et JB. Elle a même été tweetée, photographiée et redemandée.

Les lyonnais vont devenir accros !

 

 

 

 

 

 

Auberge espagnole avec toutes les contributions des participants : mention spéciale pour les ravioli d’Antoine, pour le Cheesecake d’Audrey, et les félicitations du jury pour la Panna Cotta au fenouil confit de Christine, la productrice de fruits et légumes, qui représentait le Marché de Gros de Lyon Corbas.

 

IMG_2598

C’est pas tout ça, mais maintenant qu’on a mangé, faudrait p’têt voir à cuisiner !

On passe aux ateliers.

Je passe très vite sur les ateliers Seb « création de smoothies » pour présenter leur nouvelle centrifugeuse révolutionnaire.  Bien sympa mais un peu trop d’ananas, de poires et de poivrons, je ne sais pas trop d’où, pour me donner envie…

On ne se refait pas ! Mais je goûte quand même la petite préparation de Tony, un jeune pâtissier super sympa, qui tient sa boutique tout seul, comme un grand, travaille des produits frais exclusivement, et ravit les papilles des lyonnais depuis peu au « Diable se déguise en gâteaux ». Tout un programme…

 Je ne teste pas non plus l’atelier confection de cupcakes, même si les Petits Gâteaux d’Audrey ont l’air savoureux… Après tout, des cupcakes, j’en fais aussi chez moi et avec mes élèves, et ce n'est pas vraiment ma tasse de thé...

 

IMG_2599

Je m’attarde d’avantage près de Frédérique de Cueille et Croque. Elle parle plantes sauvages, nous fait sentir un sirop de lierre sauvage, nous sors de la reine des Prés, de l’ail des Ours, et des feuilles de tanaisie. Petite découverte. Moi, je trouve que ça sent la résine, le sapin… D’autres retrouvent de la verveine. Le nez a ses secrets que la raison ne connaît pas !

 On confectionne collégialement des petits cakes au chocolat et à la tanaisie patiemment équeutée et hâchée à la berceuse.

 

IMG_2604IMG_2606

 

Un joli coup de cœur pour Frédérique, simple, ouverte, pas sectaire ni intégriste… Je suis sûre que ses ballades sont enchanteresses.

 Je passe ensuite au stand de la belle Lucie, qui depuis son grand Nord et sa ferme natale, est partie parcourir le monde en suivant les traces de son père, pour découvrir et ramener des épices et des histoires, des saveurs et des couleurs. Elle parle mets et hommes, avec un sourire indéfectible. Et quand elle parle commerce équitable, ce sont des actions concrètes qu’elle cite,  des femmes qui peuvent prétendre à une éducation, des enfants réjouis et une terre préservée.

On voit dans ses yeux des souvenirs, des échanges, une humanité rayonnante, une vraie générosité.

 

IMG_2607

IMG_2611

Faut dire aussi qu’elle a su nous prendre par les sentiments avec sa fontaine de chocolat et ses épices colorées. La poudre de combawa est à la fois fruitée et citronnée, les poivres éclatent en bouche, le curcuma a des arômes subtils.

Allez faire un tour dans sa boutique, Ethic Valley, vous ne le regretterez pas.

 

Un grand bravo aussi aux filles de Miit, qui m’ont poussée à utiliser pour la première fois de ma vie un fer à lisser, pour confectionner une papillotte de feuille de brick, comme les gâteaux chinois à message.

IMG_2614

IMG_2615

Je ne me lancerai pas dans la confection à grande échelle de ces petites pochettes surprises, la bête me fait bien trop peur, ce doit être mon côté mêche rebelle qui ressort !

En tout cas, c’est une jolie trouvaille et ces petites designeuses ont du talent à revendre, leur dîner dans les bois me plaît bien en tout cas…

 

La journée s’est terminée trop vite et je n’ai pas eu le temps de discuter assez longtemps avec Dominique, de Cuisine Plurielle, qui a porté ce beau projet, ni non plus avec Stephanie et Quentin, les geek foodistas déclarés.

Anne-Liesse, Céline, Antoine, et bien d’autres se sont trop vite échappés.

 

Avant de rejoindre mon covoit’ et de regagner mes Pénates, nous nous sommes quand même accordés une troisième mi-temps bien méritée sur la place Bellecourt, avec Edwige, barcampeuse professionnelle, Mathilde et Thomas, parisiens habités par un beau projet de coworking culinaire et Véro, l’irrésistible révoltée, qui m’aura fait rire jusqu’à plus soif !

 

Enfin maintenant, me v’là dans le pétrin, parce qu’entre 2 canons, j’ai lancé un nouveau Rendez-Vous : le prochain FoodCamp sera Auvergnat !

Alors amis d’ici, manifestez-vous, ne me laissez pas toute seule ! On leur fera manger du fromage et boire de la bière, découvrir les Côtes d’Auvergne et les Herbes arvernes !

 

Merci à toute l’équipe du FoodCamp, qui a compris que Partager, c’est la base de tout. Les réseaux virtuels ne sont bons que s’ils se réalisent autour d’une Table, surout quand elle est bien garnie!