711_343521945749098_1606152569_n

Vendredi dernier, petit tour sur France Bleue Pays d'Auvergne, au micro de Philippe Viallon, LA star incontestée du Marché Saint-Pierre.

Toujours un moment bien agréable: On discute, on dit des bêtises, on cuisine (enfin, JE cuisine!...)

Et selon mon habitude maintenant, je viens avec un producteur pour qu'il puisse parler un  peu de son métier, de sa terre, de ses petits... Ainsi avec Fanny et son safran, Sigolène et ses Brum', Anne-Lise et ses bières.

Cette fois-ci, c'est Gabriel Fenaille, jeune maraîcher bio clermontois, qui s'est prêté au jeu. Gabriel, je l'ai rencontré dans le cadre de Slow Food Volca'Niac. Je vous passe son parcours particulièrement atypique de parisien voyageur qui l'a mené jusqu'à nous. Je compte sur lui pour vous le raconter avec menus détails lorsque vous le croiserez. Avec son amie Maria, ils portent depuis maintenant 2 ou 3 ans un projet de jardins partagés, de maraîchage en bio et avant tout un projet de vie, qui commence à se réaliser. La DATAR a donné son accord au prontemps dernier, pour son installation aux portes de Clermont, entre Gerzat et Cébazat.

Depuis, le joli petit couple écume les marchés (Cébazat, Chamalières...) et les AMAP, parle de ses pousses d'épinards comme de petits joyaux, de ses tomates comme d'incroyables trésors, et s'extasie devant un chou pommé.

417685_343521402415819_113571456_n

Bon, là, malgré les apparences, ce n'est pas Maria et Gabriel, mais Gabriel et moi sous l'objectif de Philippe Viallon...

En mars, dans une exploitation débutante, pas facile de trouver matière à cuisiner: c'est la saison de soudure, où les légumes d'hiver s'épuisent (et nous fatiguent...) et où les légumes de printemps tardent à pointer leur nez.

Heureusement, Gabriel m'avait mis de côté son dernier Bleu de Hongrie, une courge... toute bleue, comme son nom l'indique, et qui ressemble fort au potimarron.

photoLa photo n'est pas très explicite, le dernier Bleu de Hongrie avait boudé son virage du jaune au bleu... Pour se faire désirer encore d'avantage, peut-être... Quels cabots ces grosses légumes!

Enfin jaune ou bleu, (à Clermont, on prend les deux!), je lui ai fait sa fête: un plat et un dessert, pour la reine des courges!

Remarquez: vous pouvez préparer tout cela avec du potiron, ou du potimarron, le résultat devrat aussi être très bon.

C'est à Valérie Cupillard, que j'ai emprunté la recette de ces cocottes. Pour tous ceux que leur alimentation préoccupe, on trouve sur son blog et dans ses ouvrages, des recettes qui permettent d'ajouter de la fantaisie à son quotidien en même temps que l'on prend soin de soi. Avec elle, suivre un régime sans gluten et sans produits laitiers devient un plaisir! Petit coucou à l'occasion à ma belle-maman à qui je dois cette découverte.

733810_343520029082623_1121817519_n

Gabriel avait aussi pomponné des jolis choux de Bruxelles pour la radio,

de quoi improviser une petite salade croquante inattendue,

pour accompagner ces cocottes, bien plus nourrissantes qu'il n'y paraît...

 

 

Pour les cocottes (6 personnes)

15 minutes de préparation

30 minutes de cuisson

120 g de pomme de terre

300 g de bleu de Hongrie ou de potimarron

392897_343519302416029_1111931068_n

1 ou 2 carottes (jaunes, blanches...)

du panais, des champignons...

et tout ce qui encombre votre bac à légumes

1 oignon

Des herbes arvernes (Véronique Vaudable)

ou du thym, de l'origan...

 

50 g de farine de riz

2 cuillères à soupe de purée de cacahuète

2 c. à s. de pignons

2 c. à soupe de pistaches décortiquées

1 c. à c. de graines de sésame doré

Sel/poivre

 

544659_343519999082626_1405845603_n

Epluchez et coupez les légumes en petits dés. Faites-les revenir à couvert dans un wok ou une sauteuse sur feu moyen avec à peine d’huile d’olive et un peu d’eau, assaisonnez. Ajoutez des herbes arvernes ou d'autres herbes de votre choix. Laissez mijoter jusqu’à ce qu’ils deviennent bien tendre (remuez de temps en temps et rajoutez de l'eau si besoin).

 

Pendant ce temps, travaillez la farine avec la purée de cacahuètes, ajoutez toutes les petites graines (légèrement mixées ou concassées) et un peu de sel.

Versez dans des petites cocottes individuelles les légumes, couvrez du crumble et passez dans un four très chaud (220 à 250°C) 5 à 10 minutes.

 

 

549287_343519742415985_480897361_n

Chips de jambon cru

 

Rien de plus simple à faire. Dans un four à 200°C, glissez vos tranches déposées sur unefeuille de papier sulfurisé.

Au bout de 10 minutes, sortez-les et déposez les sur du papier absorbant pour qu'elles terminent de sécher.

 

Salade de choux de Bruxelles croquants

Quelques choux de Bruxelles

62725_343520069082619_313921580_n

tamari

vinaigre de riz

huile de sésame

le jus d'une demi orange

poivre

Lavez et émincez finement les choux de Bruxelles. Arrosez d'un trait de tamari, d'une cuillère à café de vinaigre de riz, du jus d'orange, d'une cuillère à café d'huile de sésame. Donnez quelques tours de moulin par dessus et mélangez.

Dressez vos assiettes avec un peu de salade de choux de Bruxelles, une cocotte et la moitié d'une chips de jambon cru.

Régalez-vous bien.

Tous en Cuisine, c'est tous les jours sur France Bleue Pays d'Auvergne, de 9h50 à 10h50: des anonymes, des célébrités, des chefs et toujours des amateurs, qui se mettent aux fourneaux avec Philippe Viallon.

Gabriel Fenaille est installé au 80 route de Gerzat à Cébazat. Vous le trouverez bientôt avec ses bons légumes sur les marchés de Cébazat (dimanche), de Chamalières (les mardis), et à l'AMAP de Romagnat, si je ne me trompe.

Demain, le dessert: des muffins au bleu de Hongrie, pour un repas orange et tonifiant!