La blogosphère est en émoi en ce moment! Entre les ayatollah du consommer local, les consommateurs jouisseurs, la guerre est déclarée.

Doit-on publier des recettes hors saison lorsque l'on est blogueur? J'avoue que moi,personnellement, ça me hérisse le poil de voir des granités de melon aux framboises, des recettes à la fraise alors que la neige a envahi mon balcon... Mais personne n'est parfait ma foi...

Moi aussi, parce que mes filles sont petites, parce que ça prend du temps d'aller chercher un peu de tout partout, parce que les fournitures, savons, etc, sont plus chers en magasin bio, je fais des courses chez Chronodrive que je récupère en 2 minutes, et même que je pousse un soupir de soulagement en voyant à quel point c'est pratique et rapide... Bien sûr, ma liste est assez spartiate et autorise peu de gâteaux marketés à mes minettes... Et je m'empresse de courir au marché acheter de quoi bequeter plus sain et goûteux.

Par contre, je me suis érigée comme règle de ne proposer ici que des recettes de saison.

Ce qu'il y a de bien d'ailleurs avec les règles, c'est qu'elles acceptent quelques entorses... Pour lesquelles je m'empresse de me justifier... Un éternel combat à mener avec ma conscience.

Lorsque je cuisine pour ou avec les gens, là, la règle devient absolue. On parle bon, local, saison, un point c'est tout. C'est mon boulot de faire que mes élèves ou clients se posent des questions sur leurs habitudes alimentaires.

Ce blog, soyons francs, est aussi une vitrine pour mes activités. Je me vois mal cuisiner des fruits exotiques tous les jours sans passer pour une rigolote. Mais je ne sais pas me passer de poisson de mer (bien loin de nos volcans), craque devant les gambas qui sont pourtant produites de façon révoltante la plupart du temps... et laisse mes filles se pervertir au Mac Donald dés leur plus tendre enfance parce que leurs copines les invitent à leur anniversaire dans ces bouges sans nom.

C'est toujours la même rengaine, rester entre convertis, c'est bien beau, mais ça ne mène pas loin...

J'excuse Slow Food de faire un salon trop grand avec des sponsors douteux parce qu'il faut bien vivre et porter un message au plus grand nombre.

J'excuse aussi les blogueuses bien plus professionnelles que moi qui vont faire la promotion des fraises en hiver, parce que c'est aussi leur job et qu'à côté de ça, elles vont chercher leur panier de légumes bio dans le froid glacial et cuisine aussi et surtout des bons petits plats.

Rome ne s'est pas faite en un jour, et les blogueurs ne sont pas assermentés. Les blogs sont un mode d'expression libre, on nous le renvoie suffisamment souvent à la figure, en comparaison des vrais journalistes qui eux font un métier respectable et bien plus sérieux.

N'empêche qu'ils ne se privent pas non plus de parler fraise en hiver et gambas et yuzu...

Enfin, pour progresser vers le toujours plus local, en Auvergne et dans la France entière, il y a La Ruche qui dit oui, qui étend son réseau de plus en plus, dont à Clermont! Première distribution prévue en mars... Suivez le Pot de Terre 63, pour plus d'informations. Et pour continuer sur le thème des contradictions et de la difficulté dans notre monde d'être local à 100%: elle nous propose aujourd'hui une recette aux fanes de carotte: rien ne se perd, mais avec une sauce aux tomates fraîches ;)...

Les AMAP sont actives, et France 3 s'est intéressé aux locavores.

Regardez vite le reportage "faire ses courses autrement" réalisé par Valérie Riffard (4eme fenêtre).

Vous reconnaitrez Aurélie faye, du Panier Paysan, que j'avais interviewée pour La Table de Clémence sur RCF Puy de Dôme; vous entendrez Thibaut, membre actif de l'association Parenthèse, qui cherche à implanter un jardin partagé à Clermont (j'ai participé aux premières réunions et par manque de temps, me contente maintenant de leur demander des nouvelles pour savoir quand éclora ce jardin extraordinaire... Mais si vous voulez vous joindre à eux, tous les jardiniers sont les bienvenus!!!!).

Il y a aussi Anis Etoilé, une association très active pour la promotion du local, du plaisir, du bio.

Myriam et ses gourmandises, Yann de l'association les Incroyables Comestibles...

La révolution est en marche! Lentement mais sûrement, petite touche par petite touche, c'est un mode complet de consommation qui est bouleversé!

Nous sommes bien loin de Top Chef et de ses partenariats un peu trop prononcés avec Auchan... A quelques heures du prochain épisode, lisez l'excellent article de Virginie Felix, sur Telerama.fr: "Top Chef, le nouvel hypermarché de la pub"

Sur ce, je vais aller m'occuper de mon sauté de porc... En curry, pas très politiquement correct peut-être...