Hier matin, j'étais avec Anne-Lise Amiot du Plan B sur France Bleue Pays d'Auvergne pour l'émission "Tous en Cuisine" présentée par Philippe Viallon.

540863_365423070212495_998320975_n

Le Plan B, c'est LA brasserie bio clermontoise qu'il faut connaître: des bières goûteuses, vraiment axées sur la céréale, un logo 100% Clermont, des matières premières au maximum locale... ce qu'il nous manquait jusque là, dans la capitale Auvergnate, quoi!

 

523271_365423053545830_1772886446_nAnne-Lise et Jean Baptiste, les créateurs, sont motivés, passionnants... je vous conseille vivement d'aller leur rendre visite.

Je voulais la recette proposée pour France Bleue à la fois surprenante (d'où un dessert) et respectueuse du goût de la bière. On retrouve l'amertume dans le sabayon malgré le sucre très présent (d'ailleurs, si vous n'êtes pas trop bec sucré, enlevez une cuillère de sucre au sabayon). D'ailleurs, à part le sabayon qu'il faut fouetter sans discontinuer, tout est fait très vite dans ce dessert!

Apparemment, le public testeur a été convaincu. A vous de juger!

Merci à Sonia Lopez pour les photos.

J'en profite aussi pour vous mettre un lien vers l'interview d'Anne-Lise Amiot pour le nouveau numéro de "La Table de Clémence" sur RCF Puy de Dôme, suivie d'une recette à la bière et d'un texte de Philippe Delerm extrait de La Première Gorgée de Bière.

 

 

 

Poires pochées à la bière brune, sablés à la bière ambrée, sabayon à la bière blanche.

 548694_365423160212486_1431237240_n

 4 poires tenant la cuisson

 

 10 g de beurre

 100 g de sucre blond

 50 cl de bière brune

 

Lavez et épluchez les poires, puis coupez-les en 4 et retirez le coeur.

Dans une poêle, mettez le beurre à fondre à feu vif avec le sucre, puis déposez les quartiers de poires en les remuant afin qu'ils soient enrobés de caramel. Déglacez ensuite avec la bière brune, baissez le feu et laisser cuire 5 à 10 minutes en retournant régulièrement les poires. Débarrassez puis laissez la bière réduire jusqu'à obtention d'un sirop. Réservez.

 

Sablés à la bière blonde :

 

375g de farine

125 g de beurre

80 g de bière blonde (1/2 verre à moutarde)

90 g de miel

 

Mélangez beurre fondu, miel et bière. Ajoutez la farine petit à petit.  Pétrissez bien puis abaissez la pâte sur un plan de travail fariné. Découpez à l’emporte-pièce des gâteaux et faites les cuire au four à 160°C jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés (30 minutes)

 

Sabayon à la bière blanche

 

8 cuillères à soupe de bière blanche

8 jaunes d’œuf

8 cuillère à soupe rases de sucre semoule

 

Réunissez les ingrédients dans une petite casserole ou pour plus de sécurité, dans un saladier posé sur un bain-marie. Fouettez gaiement jusqu’à ce que le mélange épaississe et triple de volume.

 

Dressez les poires, un sablé et un peu de sabayon dans une assiette.

12906_365423113545824_1265566162_n

60772_365423126879156_2056730601_n

 

 

 

431679_365423140212488_1677893830_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'idée recette de l'émission "La Table de Clémence": un croque-monsieur 100 % auvergnat.


Une petite béchamel avec 20 g de beurre, 20 g de farine, 40 cl de lait.

Des tranches de bon pain de campagne de votre boulanger préféré trempées dans un mélange d’œuf et d’un peu de bière brune, puis poêlées dans une bonne noisette de beurre, comme du pain perdu.

Une tranche, un peu de béchamel, une tranche de jambon d’Auvergne, re de la béchamel, une autre tranche de pain,  et un peu de tomme râpée par là-dessus.

On enfourne dans un four bien chaud quelques minutes et on déguste au coin du feu…

L'extrait: la Première Gorgée de Bière, Philippe Delerm

 

C’est la seule qui compte.....

Les autres, de plus en plus longues, de plus en plus anodines, ne donnent qu’un empâtement tiédasse, une abondance gâcheuse. La dernière, peut-être, retrouve avec la désillusion de finir un semblant de pouvoir...

Mais la première gorgée ! Gorgée ? Ça commence bien avant la gorge. Sur les lèvres déjà cet or mousseux, fraîcheur amplifiée par l’écume, puis lentement sur le palais bonheur tamisé d’amertume. Comme elle semble longue, la première gorgée ! On la boit tout de suite, avec une avidité faussement instinctive. En fait, tout est écrit : la quantité, ce ni trop ni trop peu qui fait l’amorce idéal ; le bien être immédiat ponctué par un soupir, un claquement de langue, ou un silence qui les vaut ; la sensation trompeuse d’un plaisir qui s’ouvre à l’infini.....En même temps, on sait déjà.

Tout le meilleur est pris.

 On repose son verre, et on l’éloigne même un peu sur le petit carré buvardeux. On savoure la couleur , faux miel, soleil froid. Par tout un rituel de sagesse et d’attente, on voudrait maitriser le miracle qui vient à la fois de se produire et de s’échapper. On lit avec satisfaction sur la paroi du verre le nom précis de la bière que l’on avait commandée. Mais contenant et contenu peuvent s’interroger, se répondre en abîme, rien ne se multipliera plus. On aimerait garder le secret de l’or pur, et l’enfermer dans des formules. Mais devant sa petite table blanche éclaboussée de soleil, l’alchimiste déçu ne sauve que les apparences, et boit de plus en plus de bière avec de moins en moins de joie.

C’est un bonheur amer : on boit pour oublier la première gorgée.

 


Et dernière info, le prochain numéro de La Table de Clémence, c'est le 6 novembre à 11h03 et 19h30!

Pour rester au courant, rejoignez-moi sur Facebook La Table de Clémence!