Facebook a beaucoup de défauts, d’accord… Georges Orwell frémirait de voir l’emprise sur nous de ce Big Brother que nous invitons tous tour à tour dans nos maisons....

Mais Facebook a quand même la grande qualité de nous permettre de retrouver des personnes que nous avions croisées au hasard de nos routes, puis perdues de vue sans y prendre garde.

C’est ainsi que j’ai repris contact avec Sonia Lopez Calleja, qui avait la bonne idée d’être amie Facebook d’un ami Facebook, ce qui par voie de conséquence, « les amis de mes amis… », et tutti quanti, nous a bien vite réunies.

Nous avions passé une soirée d’Assemblée Générale Slow Food France en juin dernier à bavarder allègrement. Mademoiselle Sonia y menait une sympathique animation dégustation de vins d’Auvergne.

De beaux échanges, des envies communes et puis, on a oublié de se donner des nouvelles…

Faut dire que la miss crée aussi son activité, ce qui l’occupe au moins autant que moi.

Passionnée et professionnelle du vin et de la dégustation, amoureuse de la plume et des gens, elle a monté « Vin de Presse », entreprise avec laquelle elle organise des soirées dégustation sur mesure et s’occupe de relations presse pour des viticulteurs.

Elle tient un blog ou elle partage ses coups  de cœur viticoles et ses connaissances des différents vignobles français et étrangers.

Sa plume est alerte et les sujets abordés très intéressants. Je vous conseille vivement d’y faire un tour.

Pour « La Table de Clémence », je me suis donc empressée de l’interviewer. Vous trouverez ici le résultat radiophonique de nos échanges…

Enfin, on avait beaucoup de choses à partager… C’était une évidence.

Une passionnée de la cuisine et une passionnée du vin, ça ne peut que s’accorder !

 

IMG_0963

Sonia Lopez Calleja me présentant son choix...

Je ne sais pas d’ailleurs si c’est de très bon augure, mais nos collaborations commencent par un défi qu’elle a voulu que je lui lance…

Je devais lui proposer un plat dont je lui dévoilerais les ingrédients, et elle devait m’amener un vin qu’elle imaginait aller avec ce plat dont elle ne connaissait que la recette mais pas le goût final.

Pour l’occasion, je voulais quelque chose d’un peu original et lui ai proposé un plat qui m’avait fait poser question quant à l’accord met-vin lorsque je l’avais réalisé pour la première fois.

Du veau mariné aux huiles essentielles d’agrumes et d’herbes fraiches…

Je voulais lui laisser un champ très large de possibles…

Le compte rendu de l’exercice de dégustation, le vin qui a finalement été choisi par ses soins pour accompagner mon veau aux 6 parfums, vous le trouverez sur son blog.

 

La recette, que je vous conseille vraiment, pour ses saveurs orientales et la douceur de la purée de cacahuète, c’est ici même.

 

Ingrédients :IMG_0967

900 g Viande à blanquette

15 cl jus d’orange

1 jus de citron

3 pschitt cumin (Brum’ huiles essentielles)

3 pschitt orange amère

3 pschitt citron vert

3 pschitt basilic

15 cl Vin Blanc

2 gousses d’ail

1 bouquet garni

1 oignon caramélisé

1 à 2 cuillères à soupe de beurre de cacahuète

 

Mélanger les éléments de la marinade : jus d’orange et de citron, vin blanc, huiles essentielles, ail écrasé. Y Mettre à mariner la viande légèrement dégraissée si besoin pendant au moins deux heures.

Egoutter alors les morceaux de viande.

Colorer l’oignon dans la cocotte bien chaude. Ajouter les morceaux de blanquette et les saisir sur toutes les faces à feu vif. Mouiller avec la marinade, immerger le bouquet garni.

Après quelques bouillons, ajouter le beurre de cacahuète, couvrir et laisser mijoter à feu doux 40 minutes.

 

Divin avec la purée de potiron à la clémentine que j’avais réalisé ici. Très bon également avec du quinoa cuit avec une petite brunoise de carottes.

 

Prochain épisode de nos aventures accords mets-vins au féminin : c’est moi qui vais devoir imaginer un plat allant avec une bouteille que Sonia Lopez m’aura choisie…

Affaire à suivre