Continuons sur nos bonnes résolutions : ne sachant pas quand je pourrais rebloguer exactement, j’enchaîne… Il fait beau, c’est vrai, je me cloître à la maison, c’est vrai, mais c’est pour la bonne cause. Et puis je suis trop naze pour aller me balader, et les filles sont encore endormies (normal, à 17h00…), alors !

Voici donc le gâteau de blettes au Saint-Nectaire.

Mon homme n’aime pas les blettes, mon homme déteste le fromage, et le Saint-Nectaire encore plus… Mais mon homme a mangé sans rechigner cette délicieuse terrine, magnifique à la coupe. (bon, je ne lui ai toujours pas dit qu’il y avait du Saint-Nectaire dedans…). Un plat complet pour le soir, ou le midi bien sûr ! Et ultra local, avec les blettes et les œufs bio de mon panier de l’AMAP de Clermont.

 

Pour une grande terrine.au cirque 006

 

1 kg de blettes

2 œufs

25 cl de lait

50 g de Saint-Nectaire

100 g de gruyère râpé

Sel/poivre

1 c. à café  de curcuma

50 g de raisins secs

Amandes effilées, pourquoi pas…

 

Préchauffez votre four à 180°C.

Mettez une grande quantité d’eau à bouillir avec une poignounette de gros sel (économisez de l’énergie : mettez un couvercle !).

Lavez et épluchez les blettes (cassez avec le couteau la côte et tirez les fils qui se détachent, recommencez ainsi jusqu’au bout, en coupant des petits tronçons à chaque fois). Séparez le vert de la côte.

Cuisez à l’anglaise les côtes, pendant 5 minutes. Retirez-les avec une écumoire, attendez un nouveau bouillon et blanchissez alors les verts de blette pendant 3 à 5 minutes.

Rafraichissez directement avec un peu d’eau fraiche puis essorez.

 

On passe au blender : les verts, les œufs, le lait, le saint-nectaire, le gruyère râpé, le curcuma, le sel et le poivre.

Rectifiez l’assaisonnement, ajoutez les raisins secs et des amandes effilées, potentiellement.

 

Dans la terrine huilée ou beurrée selon vos préférences, rangez les côtes, versez par-dessus l’appareil.

Enfournez pour trois quarts d’heure.

Dégustez chaud, plutôt que froid, avec des crudités…