WonderWoman_1_

Pfff… Elle m’fait marrer wonderwoman avec son collant bleu et son décolleté pigeonnant. Je suis sûre qu’elle ferait bien moins sa maline avec deux morveuses sur les bras et une maison à tenir ! Facile de faire sa crâneuse devant un vilain méchant quand on ne s’est pas usé le cerveau avant  à jongler avec deux emplois du temps, la halte-garderie et la grand-mère bien gentille mais pas non plus dispo H 24… Moi aussi je le fais, les doigts dans le nez et sans lasso ! Même qu’avec la paire de seins qu’elle se tape, à faire pâlir d’envie une bipare comme moi (qui se console en se disant que v’la les gants de toilette taille gorille qu’elle va se taper la wonderwoman après allaitement intensif…) je n’aurais même pas pris la peine d’y aller en personne, j’aurais envoyé un gentil mâle trop heureux de me rendre service ! Trop pas douée la fille !

Nous, les wonderwomen du quotidien, pour tenir le coup, il nous faut de la vraie pitance, pas de la barre protéinée de feignasse toujours proprette et bien léchée. Et pour les super-héroïnes pour de vrai, pas celles qui doivent penser à leur corset et à leur taille de guêpe, j’ai ce qu’il faut : le POUNTI, toujours là en cas de coup dur.

Toujours à la pointe de la modernité, précurseur de la fusion-food et du fooding, un auvergnat pas sot, ou plus certainement même une bonne auvergnate en sabots et sans lasso, il y a bien longtemps de cela, a inventé cette quiche sans pâte, ce pâté sucré salé, mélange entre cochon bien terroir et pruneaux, bigoudens ou toulousains, à vous de voir…

C’est divin ce machin, ça sert en apéro, ou avec une petite salade arrosée d’huile de noix, ça cale tout en étant pas si culpabilisant que ça. La condition ? Avoir un hachoir à viande, sinon, ça se fait tout seul, promis juré.

 

Pour 8 personnes077

 

½ Litre de lait

4 œufs

150 g de farine

50 g de farine de châtaigne

Le vert d’une botte de blette (d’un kilo…ou plus)

300 g de lard gras, poitrine fraiche…

100g de bœuf cuit (un reste de rôti)

50 g de jambon cru

2 gousses d’ail

1 échalote

Sel/poivre

300 g de pruneaux dénoyautés.

 

On préchauffe direct son four à 190° C.

On installe son hachoir et on prépare dans un récipient les verts de blettes lavés et grossièrement coupés ainsi que les gousses d’ail et l’échalote épluchée. Dans un deuxième récipient on mélange toutes les viandes taillées en gros morceaux : la poitrine, le bœuf et le jambon.

Un saladier sous la sortie de la machine (mieux vaut prévenir que guérir !) et on mouline. Alternez bien la viande et les blettes sinon le vert ne voudra pas passer…

Le plus dur est fait.

Dans un saladier, vous préparez ensuite une pâte à crêpe avec les œufs auxquels vous ajoutez les farines en fouettant bien pour éviter les grumeaux, puis vous délayez peu à peu avec le lait et vous assaisonnez joyeusement avec un peu de sel et de poivre.

Versez sur le hachis et mélangez.

Beurrez votre moule, garnissez de pruneaux ( si vous en voulez plus que 300g allez-y gaiement, je ne vous en voudrai pas !

Recouvrez avec votre hachis.

Enfournez pour une heure.