Je profite d’un court moment de répit sans ma gamba tropicale mais avec ma petite crevette bouquet toujours greffée au mamelon, pour reprendre un peu le fil de mes recettes, tapotant donc tant bien que mal avec les cinq doigts qu’il me reste.

C’est la fin des prunes et il faut absolument que je vous confie ma recette infaillible de clafoutis extra gourmand avant qu’elle ne disparaissent complètement, quoique je suis sûre qu’avec des pommes, des poires ou des scoubidou-bidous, vous ferez aussi sensation. 

A la base, je dis bien « à la base », c’était une recette plutôt diététique, sans gluten et sans produit laitier que ma belle-maman bien-aimée (ça fait peut-être un peu too much comme expression, mais bon, c’est quand même elle qui m’a fait découvrir Valérie Cupillard et ses alternatives gourmandes. J’ajoute, pour ne froisser personne, que ça ne retire rien à ma maman, elle aussi bien-aimée évidemment !...Bon, bon, bon, nous nous dispersons… il est grand temps de refermer cette parenthèse familiale… et de revenir à nos mirabelles, surtout que la gambette va bientôt se réveiller, et que là, nous serons marrons, mes mignons).

Donc, je vous donne les ingrédients, et vous vous débrouillez : soit vous faites la version 100% saine, soit vous faites la version 100% dans vos placards. Les deux versions sont à tomber. Et archi-faciles.

 

POUR 1 GRAND CLAFOUTIS

 

500 à 700 g de prunes

1 verre de poudre d’amandes

1 demi-verre de sucre roux (ou blond)

1 demi-verre de farine de riz (ou de maizena)

1 verre de lait (ou de lait de riz)

4 œufs

 

Préchauffez votre four à 200° C.

Est-ce que je dois vraiment vous faire le topo ?

Dans un cul de poule, mélangez la poudre d’amandes, le sucre, la farine ou la maïzena. Ajoutez les œufs peu à peu en fouettant bien pour éviter les futurs grumeaux, puis délayez avec le lait classique ou de riz.

Lavez les prunes, disposez-les dans le fond du moule beurré (tout le fond doit être couvert) et recouvrez avec l’appareil (le mélange).

Enfournez pour 30 à 40 minutes (quand le clafoutis est bien doré)

 

Succès garanti !

 

Et bien voilà, je retourne à mes crevettes… A peine le temps de dire ouf ! Vivement leur majorité !

(Je plaisante, évidemment)