Un mois et demi sans nouvelles de ma part ! Alors tout de même, une question me taraude et je me dois de vous la poser : Comment avez-vous pu survivre sans moi tout ce temps dans la jungle inextricable de la malbouffe ? Avez-vous bien mangé vos petites asperges, vos jolis artichauts nouveaux, vos tendres cerises et vos radis tout frais ? Avez-vous bien flâné sur les marchés (lorsque la pluie n’était pas de la partie… D’ailleurs : vive le mois de juin et le joli temps printanier ! Enfin enfin, ne nous plaignons pas, le soleil est de retour…).

Je vous avais abandonnés, c’est vrai… mais c’était pour la bonne cause, je vous jure ! J’ai mis au monde (oh ! la jolie expression, qu’on a, somme toute, si peu l’occasion d’employer au quotidien) ma deuxième petite crevette goulue. Que du bonheur donc, mais qui m’a valu quand même trois semaines d’hospitalisation, histoire de tester toutes les options offertes par le Nouvel Hôpital de Clermont et de savourer tous leurs bons petits plats mitonnés avec amour par leur cuisine centrale…

Emma_Louise_055

Pour qui cela intéresse, j’ai d’abord eu droit à une semaine en secteur « Grossesse à Risque » car mes acides biliaires avaient augmenté de façon très inquiétante (enfin je vous rassure, pour moi, ce n’était que gratouille permanente et rien pour le bébé), puis à une permission pour le week-end (comme un bon petit soldat! ), ensuite à un déclenchement rapide et direct (5 heures de travail maxi sous péridurale) et enfin à deux semaines dans l’unité kangourou (un secteur strictement confidentiel pour bébés prématurés et mamans masochistes qui acceptent de se laisser enfermer pendant 10 jours minimum pour rester au plus près de leur petit bout qui si petit, a déjà vécu des épreuves suffisamment difficiles et stressantes pour lui).

Et nous voici de retour à la maison depuis trois ou quatre semaines, mais le temps de prendre ses repères avec mes deux petites fraises tagada et mon homme, je n’ai pas eu le temps, comment dirais-je ?, de déblatérer allègrement autour de mon sujet favori : les agapes en tout genre.

 

Je profite des siestes (toujours trop courtes) de mes angelots pour vous livrer une petite recette fraîcheur pour un repas express et assez « diet » : une salade pomelos exotique et avocat à la truite fumée. Ça faisait un bon moment que je tournais devant ces énormes pomelos tous verts à « Grandfrais », sans jamais oser me lancer : j’avais peur que la chair soit sèche, et comme Cœur n’est pas un grand fan de pamplemousse (comme souvent les hommes en fait... Je ne sais pas si vous avez remarqué…A croire que c’est un truc de fille, le pamplemousse : sûrement à cause des magazines féminins qui nous rabâchent depuis toute petite, que c’est excellent pour la santé et la ligne… Un vrai conditionnement à l’amertume !) je ne voulais pas me retrouver seule face à un truc immangeable et obligée de jeter de la nourriture. Et puis un jour de folie, j’ai dit « banco » ! Et ce fut un nouveau régal ! Le pomelo exotique est beaucoup moins amer que les autres et très juteux. Cœur a tout mangé sans rechigné ; il m’a même dit que c’était très bon. Incroyable !

Alors faites comme moi, lancez-vous et convertissez vos hommes au pamplemousse !

 

POUR UNE SALADE POUR DEUX PERSONNES021

 

1 pomelo exotique

1 avocat

1 tomate

100 g de truite fumée

Quelques feuilles de salade

Quelques brins de ciboulette

Des graines de lin (en option)

Huile d’olive

Sel/poivre

 

Coupez en deux transversalement le pomelo. Avec la pointe du couteau, faites le tour de la chair pour évider proprement les moitiés de pomelo et vous servir de la peau comme récipient. Pour vous aider à extirper les segments récalcitrants, faites comme à la cantine, tracez les huitièmes au couteau, de toute façon, une fois sortie, la chair est destinée à finir en petits morceaux, alors éclatez-vous !

Pelez et dénoyautez l’avocat avant de le couper en petits dés. Empressez-vous de le mélanger aux morceaux de pomelo pour éviter qu’il noircisse.

Lavez et retirez le pédoncule de la tomate puis coupez-la à son tour en petits dés ; rajoutez-les à la salade naissante.

Ciselez la ciboulette pour colorer le mélange, arrosez d’huile d’olive, et poudrez de sel, poivre et graines de lin (pour le croquant). Mélangez délicatement.

Tapissez les demi-coques de pomelo avec les feuilles de salade, garnissez du savoureux mélange, décorez de lanières de truite fumée déchirées d’une main légère et servez.