On est déjà vendredi et je n’ai rien publié de la semaine ! Je suis incorrigible, vraiment…

Alors je prends 5 minutes sur mon temps bien compté pour un petit post aux saveurs printanières, avant de courir récupérer mon homme et de déposer mon petit trésor chez sa grand-mère. Car ce week-end, c’est le premier week-end qu’on va se passer en amoureux depuis que nous nous sommes retrouvés parents ! Deux nuits sans réveil forcé : le rêve absolu.

 Pour notre première, on ne s’éloigne pas trop, histoire de pouvoir rentrer en catastrophe s’il en arrive une à notre poussin… Ce n’est pas qu’on n’ait pas confiance dans les bons soins de ma génitrice… mais bon, on dira que dans mon état, il n’est pas prudent de faire trop de voiture. Donc, ce coup-ci, on oublie l’exotisme et le glamour et on se pose à La Bourboule : l’endroit où l’on n’aurait jamais cru passer plus d’une après-midi il y a encore deux semaines.  Ah ! La Bourboule, ses thermes, ses curistes, ses espaces verts ! Ça donne envie rien que d’y penser !

J’en profite pour rassurer mes amis et parents qui s’étaient inquiétés à la lecture de mon dernier billet : tout va bien, je ne suis pas tombée dans une déprime atrocement noire et profonde, c’était juste un petit coup de mou comme il en arrive souvent. J’avais besoin de recharger les batteries et d’extérioriser un peu tout ce qui m’encombrait l’esprit… Le billet est arrivé après la crise, comme un point final à cet épisode un peu moins drôle. Heureusement que l’écrit est là pour servir d’exutoire ! Formuler les choses permet de donner un bon coup de balai dans son esprit. Me revoilà un peu plus zen, jusqu’à preuve du contraire…

Bref ! Revenons-en à nos moutons, en tout cas à ceux qui ont réchappés de Pâques ; les beaux jours reviennent gaiement, les hirondelles commencent à arriver (en tout cas les intrépides éclaireuses), les géraniums se sont réinstallés sur notre balcon, ça sent bon le printemps quoi !

001__7_Enfin les étals au marché reprennent des couleurs, on revoit même des fraises de par chez nous et surtout des asperges en jolies bottes.

Alors avant de partir en week-end, je voulais vous exhorter à profiter de la saison et de ses charmants cadeaux. Vous allez être nombreux à faire votre marché, craquez donc pour de la fraîcheur éphémère des asperges avant de ne pouvoir vous souvenir d’elles qu’en boîtes insipides.

La recette est simple :

 

Après les avoir épluchées soigneusement et sans forcer, pour ne pas les casser, plongez-les dans l’eau bouillante et salée, jusqu’à ce qu’elles soient tendres, 25 à 30 minutes, ou plus selon la grosseur. Egouttez-les alors et rincez-les à l’eau froide ou dans un bain de glaçons, pour stopper net la cuisson.

 

Accompagnez-les d’une sauce vinaigrette à l’œuf :

 

Une cuillère à café de moutarde, du sel du poivre, détendus avec 3 cuillères à soupe de vinaigre de xérès, puis fouettés avec 3 d’huile de noix et 6 d’huile de tournesol par exemple.

Ajoutez à cette vinaigrette un œuf dur écalé et haché grossièrement ainsi qu’une jolie poignée d’herbes fraîches panachées et hachées aussi.

 

Dégustez au soleil en profitant du moment présent. Bon week-end à vous !