Et bien, me voilà pas très fière de moi… Moi, qui étais repartie sur de bonnes bases : au moins un post par semaine ; je déroge déjà à ma règle. Puis-je imputer la faute au mauvais temps ? à la grève du personnel de la crèche ? à la fatigue du 6ème mois, quoique tous les bons manuels de la parfaite femme enceinte assurent que c’est une période où l’on redouble d’énergie (je n’ai jamais aimé suivre les règles ni être dans la moyenne…) ?

Non, je l’imputerai uniquement au personnel de la maternité qui m’a poursuivi jusque sur mon répondeur pour m’obliger à passer une matinée entière dans un labo ! Tout ça parce que mes résultats au test O’Sullivan (les mamans comprendront, les autres découvriront bien assez vite de quoi il s’agit…) était 1 ou 2 centièmes au-dessus de l’intervalle des valeurs admises (je vous l’ai dit que je n’aimais pas me contenter de la moyenne). J’ai donc dû me faire piquer 4 fois en trois heures pour qu’on me dise que tout allait bien, que je ne faisais pas de diabète (quelle surprise !)… Je vous jure ! Mais par contre, pas une recommandation, pas un test pour surveiller que mon foie travaille bien pour deux, alors que c’est pour cela qu’on a dû déclencher ma première puce plus tôt que prévu.

L’alimentation n’a rien à voir là-dedans, soignons les conséquences, ne nous occupons pas des causes !

Enfin, ce que je retiens, c’est que je peux y aller gaiement sur le sucre (bio et roux évidemment), alors c’est orgie de desserts et de brioche !

On commence par des muffins bien relevés et tout légers malgré tout (car je continue à ne pas aimer les excès de gras et de sucre… On ne se refait pas, même lorsque l’on veut protester contre les dictats de la médecine traditionnellle).

Ma belle-sœur japonaise m’a offert pour Noël un de ces coffrets (quand même un peu beaucoup attrape-gogos avouons-le, même si l’intention de base était adorable) où l’on trouve un livre de recettes et des moules ou des emporte-pièces pour les réaliser…  Le thème : les muffins, et là, c’est vrai qu’on craque facilement. J’ai remplacé les raisins secs par des cranberries pour coller d’avantage à l’image des muffins américains que je garde en mémoire. Le résultat est délicieux, fondant à souhait, bien relevé grâce au gingembre. J’en refait dès cette après-midi !

Par contre, heureusement que je n’avais pas que les moules offerts dans le kit : les proportions sont plutôt pour 20 mini-muffins que pour 9…

 

Pour 20 muffins002__3_

 

240 g de farine blanche

75 g de flocons d’avoine

1 sachet de levure chimique

110 g de sucre roux

50 g de cranberries

1 citron non traité

150 ml de lait

110 ml d’huile de tournesol

2 œufs

3 ou 4 pommes

 (325 g de pomme pelée et épépinée)

3 c/ à café de gingembre en poudre

5 c/ à café de cannelle

 1 c/ à café de sel

 

Préchauffez votre four à chaleur tournante à 190°C ou 200°C s’il est à chaleur statique.

Commencez par prélever le zeste du citron. Vérifiez bien que vous n’avez pas prélever le zist avec (la partie blanche et amère) puis détaillez en petits bâtonnets. Exprimez le jus du citron (pressez-le quoi… Mais c’est tellement plus joli d’exprimer le citron que de le presser !).

Après avoir pelé et épépiné vos pommes, hachez-les grossièrement et  arrosez-les du jus de citron.

Mélangez alors tous les ingrédients secs : farine, flocons, levure, sucre, épices et sel ainsi que les deux tiers des zestes de citron et les cranberries. Ajoutez les pommes hachées pour ralentir leur oxydation.

Dans un autre récipient, mélanger l’huile, le lait et les œufs. Combinez les deux préparations sans trop vous essouffler.

Répartissez dans les petits moules que vous avez disposés préalablement sur une plaque à pâtisserie.  Ne remplissez pas jusqu’en haut si vous ne voulez pas que la pâte déborde et s’échappe anarchiquement).

Saupoudrez de cassonade et des zestes de citron que vous aviez mis de côté.

Enfournez pour 25 bonnes minutes. Délectez-vous déjà des bonnes odeurs de cannelle et de gingembre qui emplissent votre cuisine… Un vrai poème.

Précipitez-vous sans complexe sur ces petites bouchées dès leur sortie du four : on ne peut pas dire que ce soit hyper-calorique non plus.

Je trouve même que c’est une bonne idée de petit déjeuner ou de goûter assez équilibré.

 

Va falloir encore que je fasse des efforts pour péter mon score au HGBO et que la maternité soit fière de moi !