Et vive la crèche !

Mon petit bout de chou farci (on est auvergnat ou on ne l’est pas !) a attrapé une jolie petite gastro. Elle n’allait tout de même pas échapper à l’épidémie qui fait rage en ce moment, bien plus que cette fameuse grippe A dont on n’aura décidément pas vraiment vu la couleur. N’en déplaise à Dame Bachelot.

Et je m’aperçois qu’on plaint toujours les enfants dans ces cas-là, mais on ne s’apitoie jamais et à tort, sur le sort de leurs pauvres parents qui non seulement doivent se taper les langes merdeux, mais en plus doivent faire face à un enfant qui refuse de manger. Pour moi, maman épicurienne, c’est un véritable enfer. Quoi que je tente, ça se solde par des larmes et le biberon de la dernière chance. Seul le lait en poudre trouve grâce à ses yeux ! Alors que je me creuse la cervelle pour lui préparer de bonnes purées et de bon goûters.

Ces petits pots de semoule lui étaient destinés. Mais elle n’a même pas daigné en avaler une bouchée. Alors que j’ai récuré toute la casserole avec tous les doigts que j’avais à disposition tellement je trouvais ça bon et délicieusement régressif.

Au final, son père et moi nous sommes régalés de ce goûter parfaitement adapté aux bébés délicats, malgré la réaction de ma fille.

POUR 5 OU 6 PETITS POTS065

100 g de semoule de blé fine (en magasin bio)

50 cl de lait d’amande

50 g de sucre roux ou blond

1 sachet de sucre vanillé

Mettez à chauffer le lait à feu doux. Pendant ce temps mélangez la semoule et les sucres. Versez dessus le lait chaud. Fouettez doucement et remettez dans la casserole. Faites épaissir sur feu doux en continuant à fouetter. Quand vous obtenez une consistance de crème pâtissière, sortez du feu et remplissez avec votre préparation des petites verrines ou des verres à thé.

Si vous avez dans votre placard des petits raisins secs, décorez-en vos petits verres. Si vous avez le courage, attendez que ça refroidisse, sinon, c’est divin tiède.

J’étais restée sur un très mauvais souvenir des gâteaux de semoule de la cantine : les grains étaient gros, les raisins mal macérés, la consistance était trop dure… Avec cette version, au doux parfum d’amande, je me suis réconciliée avec la semoule tellement fine qu’on la sent à peine fondre sous la langue.