Je revis ! J’ai bien cru pendant une semaine que je serais obligée de rester couchée jusqu’à la fin de ma grossesse, c'est-à-dire jusqu’à juin. Je commençais à culpabiliser de ne pas pouvoir aider mon cher et tendre à gérer notre petit bout de fille numéro 1 et les tâches ménagères jusque là. Et surtout je me demandais comment réussir à me retenir de cuisiner. Je commençais à élaborer des tactiques, des chaises hautes partout, des coussins, pour pouvoir répondre à mes besoins de patouiller.

C’est sûr que le côté « lire tout mon soûl », « visionner des séries improbables », « regarder des films que mon homme ne voudrait jamais regarder avec moi », « me remettre au dessin » avait son charme, mais je préfère mille fois savoir que tout est bien en place et ne risque pas de déguerpir au premier mouvement de trop.

Pour fêter ça, j’ai mis en route un houmous, pour nos petits apéros quotidiens.

J’adore ça et je croyais à tort que c’était très compliqué à faire. Heureusement, les « Kousmine’s sisters » auvergnates sont arrivées avec leur « crusine » et leur alimentation saine. Voyez plutôt la recette du caviar de tournesol pour vous rafraîchir la mémoire.

J’ai donc appris avec elles à réaliser cette délicieuse tartinade. D’abord au pif, avec des ratés (mon homme pourrait vous en parler mieux que moi…) et puis en notant enfin les proportions, à la demande d’une petite fleur de mes amies.

Le truc pour que l’houmous devienne une bonne alternative à une tranche de jambon par exemple, c’est de faire d’abord germer les pois chiches pendant deux ou trois jours, pour qu’ils retrouvent tous leurs bénéfices nutritionnels et cuisent aussi beaucoup plus vite.

Comment faire germer les légumes secs ? Pareil que pour l’alfafa (la luzerne), le soja …

Faites tremper une nuit vos graines dans l’eau (12 h) ; le matin, passez au chinois et rincez sous un filet d’eau. Entreposez dans un saladier en verre (ça a besoin de lumière pour se développer ces petites bêtes là !) et rincez à nouveau soir et matin au chinois. Attendez patiemment que le germe se développe. C’est tout !  C’est beau comme nos expériences de petits jardiniers en herbe avec nos petits cotons et nos petits doigts maladroits… Sauf que là, ça marche à coup sûr, surtout si vous vous approvisionnez chez les bios…

Quand vous obtenez des petits pois chiches qui ressemblent à de gros spermatozoïdes, vous êtes prêts à passer à l’étape suivante.

Pas la peine d’en mettre trop au départ, une ou deux poignées suffisent.

Houmous au cumin et au persil021

240g de pois chiches germés

100 ml de l’eau de cuisson des pois chiches

2 c/ à soupe de tahin (purée de sésame blanc)

2 gousses d’ail

½ jus de citron

3 c/ à soupe d’huile d’olive

2 c/ à soupe d’huile de colza

Sel

1 c/ à café de cumin

Une poignée de persil.

Commencez par faire cuire à la vapeur les pois chiches germés et rincés une dernière fois. Comptez 20 à trente minutes pour qu’ils s’écrasent bien. Gardez 100 ml de l’eau de cuisson.

Attendez que ça refroidisse. Faites autre chose en attendant, lisez un magazine, faites vous les ongles, donnez à des associations caritatives, je ne sais pas moi… Occupez-vous !

Mixez ensemble le persil lavé et les gousses d’ail épluchées et dégermées. Quand vous obtenez quelque chose de bien fin, ajoutez les pois chiches et tous les autres éléments. Terminez par l’eau, d’abord 50 ml : mixez gaiement et si vous trouvez la texture trop pâteuse, rajoutez les 50 ml restant. Au jugé.

A déguster avec des petits toasts, du pain libanais bien sûr et à présenter dans des assiettes de crudités.

Vous pouvez bien sûr le parfumer au curry, ou ajouter de la menthe, choisir plutôt de mixer avec des tomates séchées. Tous les houmous sont dans la nature !

017