Que cette année soit pour vous tous la plus merveilleuse des années comme chacune des années qu’il vous a été et sera donné de passer…

En ce qui nous concerne, 2010 s’annonce encore comme un excellent cru : notre petit bout de chou vient de souffler (façon de parler) sa première bougie, elle commence à galoper derrière son déambulateur et à raconter sa vie… et une deuxième petite bouche à nourrir va pointer le bout de son museau en même temps que l’été.

En attendant ce nouvel heureux évènement, mon homéopathe et ma gynéco ont l’air de se liguer pour me libérer du temps pour que je blogue à l’envie. Elles ont dû constater que mes contributions devenaient bien trop rares et ont voulu remédier à cela !

Sans compter que pour mes trente ans, mes amis se sont cotisés pour m’offrir la machine de mes rêves, le plus glamour des outils de ménagère avertie et de cuisinier aguerri : un magnifique kitchenaid, qui a tout de suite trouvé sa place sur mon plan de travail.

Inutile de vous dire que là, je passe à la vitesse supérieure ! Fini le pétrissage du pain à la main (va falloir que je trouve un autre moyen de me muscler les bras…), au revoir le fouettage de crème chantilly interminable, baste le montage de blancs en neige à la force du poignet !

La révolution ménagère est en marche ! Et puis, plus besoin de se creuser la tête pour me trouver des idées de cadeau pour les 10 ans à venir : un petit kit d’accessoires supplémentaires et me voilà la plus heureuse des femmes (ou presque).

Enfin, avec le temps, j’ai accumulé un retard dans mes recettes absolument irrattrapable. Les photos s’entassent, les proportions deviennent de plus en plus approximatives dans mon esprit… je ne pourrai donc pas vous compter le risotto de panais et saumon dont j’avais régalé mon amoureux ; le soufflé au fromage qui nous avait soufflé ; les verrines de crevettes à l’anis et crème de ricotta qui nous ont tenues debout jusqu’au bout de la nuit pour le réveillon… J’en passe et des meilleurs.

Mais je ne doute pas que 2010 m’apportera son lot d’envies et de délices que j’essaierai de vous retranscrire au fur et à mesure.

Commençons par ces petits croustillants de thon au fromage frais que j’avais servis en apéritif mais qui peuvent tout à fait accompagner une salade et composer alors un plat unique rafraîchissant.

Pour une vingtaine de croustillants012

1 paquet de feuilles de brick

1 boîte de thon au naturel

1 échalote

Un peu d’herbes fraîches (ciboulette, coriandre, persil plat…)

70 g de beurre

1 boîte de Saint Morêt ou autre fromage frais

Sel/Poivre

Un peu d’huile

Epluchez l’échalote, taillez la en tous petits dés. Faites suer cette brunoise dans un peu de beurre jusqu’à ce qu’elle soit un peu dorée.

Pendant ce temps, mettez à fondre à feu très doux le reste du beurre.

Emincez les herbes mélangées. Réunissez-les avec l’échalote, le thon égoutté émietté et le fromage frais dans un récipient. Assaisonnez et amalgamez tout cela d’une main ferme et experte.

Coupez vos feuilles de brick en deux (avec deux ou trois feuilles, vous avez assez), badigeonnez-les de beurre fondu et dressez un cordon de farce (ni trop gros, ni trop mince) à 5 cm du bord coupé, en vous arrêtant à quelques centimètres des bords.

Roulez en gros cigare en serrant suffisamment et en commençant par rabattre les 5cm sur la farce pour l’empêcher de se carapater…

Avec un couteau scie et très délicatement, coupez votre gros cigare en petits nems.

Il ne reste plus qu’à les faire dorer dans une poêle bien chaude et bien huilée, 2 à 3 minutes de chaque côté.