Désolée pour hier… Je nous ai fait des infidélités mais il faut bien remplir un peu le frigo de temps en temps et prendre le temps d’expérimenter des petites choses histoire de nourrir ce blog si gourmand !

Il faut dire qu’une expédition course devient de plus en plus un parcours du combattant… J’en suis à 6 mois de grossesse et autant il y a 2 ou 3 semaines je me riais de la fatigue, pensant que rien ne pouvais m’atteindre, autant aujourd’hui, j’ai d’avantage de mal à traîner mes kilos utiles mais superflus.

Tout va bien, je vous rassure ! Mais devoir commencer le marathon dans la jungle du supermarché par un arrêt toilette, c’est pas très encourageant ! Les rayons n’en finissent pas et moi qui étais la reine de l’organisation en caisse et battais des records en remplissage ordonné des cabas (ce qui m’a même valu une fois des compliments d’une dame qui passait après moi ! si je vous le dis…) je me retrouve à prendre trois heures pour attraper le paquet de pâte au fond du caddie… Ah la la ! La vie est dure ma pauvre dame ! Heureusement qu’il y a un but à tout cela !

Après, il m’a fallu deux bonnes heures pour m’en remettre, facile, et ensuite, il fallait préparer le repas entre amis qui s’annonçait !

Le soucis, c’est qu’on est nombreux dans la bande de potes et qu’on passe vite de deux à douze en deux deux… A vrai dire, tant mieux ! On a toujours fonctionné comme ça et les vacances font que tout le monde rentre au bercail : l’appel des volcans est trop fort !

Alors vivent les plats mijotés ! Qu’on pourra toujours congeler au cas improbable où tout ne serait pas fini, et qui présentent le grand avantage de ne pas trop peser sur le porte-monnaie : un sauté ou une viande à braiser seront toujours moins chers qu’un rôti ! Et ils offrent toute une palette de possibles sur laquelle viendront jouer les épices et les herbes aromatiques. C’est plus drôle que de commander des pizzas et ça prend quoi ?… 20 minutes à tout casser quand on veut dans l’aprèm’ ou un peu avant de commencer l’apéro…

Donc ce soir, nous sommes officiellement 8 mais je suis prête pour 4 de plus au cas où !

Pour 8 personnes (ou plus)cuisine_180

Je comprendrais que vous divisiez…

1.6kg de sauté de porc sans os

2 oignons

3 gousses d’ail

40 g de gingembre frais

2 ou 3 bâtons de citronnelle

3 c. à soupe de curry

(prévoyez du curcuma, paprika ou

autre pour corriger le mélange)

1 c. à café de pâte de piment

ou piment en poudre

3 pommes (golden…)

1 boîte de lait de coco (400g environ)

2 c. à soupe de fond de veau

20 g de beurre

Pour la poêlée de bananes

5 bananes pas trop mûres

25g de beurre salé

ou du beurre doux et du sel

½ citron

25 g de sucre

C’est parti pour le curry, 15 à 20 minutes maxi ! Préparez d’abord toute votre garniture aromatique : c’est la seule chose un peu longue alors mieux vaut s’en débarrasser en premier !

Pelez les oignons et ciselez-les (faudrait que je vous fasse des photos… C’est plus facile en image que de dire faites des petits dés…) ; pelez les gousses d’ail, dégermez-les, écrasez-les avec le plat du couteau et réduisez-les en charpie ; épluchez le gingembre et coupez-le en tous petits dés également ; la citronnelle quant à elle mérite bien un petit passage sous l’eau et un tout petit effeuillage si vous l’avez laissée comme moi patienter un bon moment dans le bac à légume. Une fois la première feuille enlevée, émincez le bâton finement.

Aux pommes maintenant ! Un coup sous l’eau, un petit épluchage et on coupe en petits dés.

Réunissez tout cela dans un petit récipient posé à côté du fourneau.

Faites chauffer votre bonne vieille cocotte en fonte (puisque je vous dis que c’est le top !) à feu vif avec les 20 g de beurre. Quand ça crépite bien, jetez les morceaux de porc (que vous recoupez un peu si votre boucher virtuel n’a pas pris la peine de calibrer…), salez et poivrez copieusement et faites dorer toutes les faces des cubes.

Ajoutez alors votre mélange aromatique, mélangez un peu, puis poudrez du curry. Versez le lait de coco et servez-vous de la boîte vide pour mesurez le même volume d’eau à rajouter dans la cocotte (comme ça, vous n’en perdez pas une goutte) avec les 2 cuillères de fond de veau déshydraté et le piment.

Si la couleur vous paraît pâlichonne, renforcez en curcuma ou en paprika (qui appartiennent déjà au mélange nommé « curry »), attendez l’ébullition, vérifiez l’assaisonnement et couvrez la cocotte. Laissez frémir 45 minutes sur feu très doux (un peu moins si vous le faites à l’avance et que vous allez faire réchauffer le tout doucement en attendant de passer à table…)

C’était pas bien compliqué, non ?

Etape II : la poêlée de bananes.

Elle n’est pas capitale pour le service du curry, mais franchement, c’est elle qui a eu le plus de succès mélangée au plat et au riz… Alors ce serait dommage de s’en priver, pour 5 minutes de préparation supplémentaires… Vu qu’actuellement je ne peux pas faire venir mes invités en prenant un premier apéro sans eux (ça marche à tous les coups !), il fallait bien passer le temps, donc je me suis défoulée sur les bananes, chacun son truc !

Dénudez vos bananes, coupez-les en 2 transversalement puis débitez-les en petits dés. Arrosez de citron pour éviter qu’elles noircissent. Dans une poêle, mettez votre beurre en petits morceaux et le sucre bien réparti sur toute la surface. Faites fondre en caramel bien coloré sur feu moyen en tournant de temps en temps la poêle quand les bords commencent à colorer. Attention, ça va très vite ! Quand vous commencez à avoir peur que le caramel prenne le dessus sur vous, jetez-lui les bananes en pâture, ça va le calmer. Remuez bien et laissez sur le feu 2 minutes supplémentaires maximum.

Je vous laisse vous organiser question réchauffage et service. Personnellement, j’ai accompagné ce curry d’un riz dans lequel j’avais rajouté un mélange de raisins secs préalablement réhydratés dans un dol d’eau, des noisettes et des noix de cajou légèrement concassées et passées rapidement dans une poêle chaude (=torréfiées). On se serait cru là-bas ! Quoique… Je ne crois pas que le curry de porc soit très orthodoxe !…