A ma dernière excursion au pays merveilleux des fruits et légumes, dans la catégorie « féculents qui changent de la patate », je me suis arrêtée devant un banc de bananes plantains alanguies sur leur étal. Et là je me suis prise à rêvasser, à replonger dans des souvenirs de poulet DG qu’une amie camerounaise accompagnait de bananes plantains frites. C’est parce qu’elle me répétait souvent qu’elle adorait ce légume que je me suis aventurée à en acheter à mon tour.

Je les avais presque oubliées lorsqu’un soir, cherchant une idée de légume, je les ai ressorties de leur panier. Une ou deux commençaient à tourner un peu au jaune tout en restant suffisamment fermes, les autres avaient juste gagné une ou deux tâches brunes. Ignorant tout du degré de maturité idéal de la banane plantain, je me suis lancée tête baissée dans leur transformation finale.

Je me suis retrouvée avec un gratin qui aurait pu être bien meilleur si j’avais su qu’en fait les bananes plantains sont bien meilleures lorsqu’elles tournent au jaune ! Alors, ne faites pas la même erreur que moi, mettez vos bananes plantains dans votre coupe de fruit et attendez patiemment qu’elles daignent mûrir ! Avant, elles sont trop fermes et farineuses et manquent de ce côté sucré qui se marie si bien avec une viande blanche par exemple.

Par contre, je suis sûre que cette recette convient très bien à ce légume-fruit et qu’elle permettra aux plus classiques de se laisser convaincre par une note de sucré-salé qui sort un peu de l’ordinaire.

Pour un bon gros gratincuisine_090

4 ou 5 bananes plantains

60 g de beurre

60 g de farine

75cl de lait

1 jaune d’oeuf

1 c. à café de muscade

gruyère râpé

Commencez par préchauffer votre four à 170°C.

Préparez la béchamel : Faites fondre le beurre en petits morceaux sur feu doux ; Ajoutez d’un coup votre farine tamisée et remuez avec un fouet. Cuisez votre roux une ou deux minute sans cesser de remuer, puis introduisez peu à peu le lait en prenant soin de toujours fouetter doucement. C’est la seule façon pour ne pas avoir de jolis grumeaux. Vous pouvez ensuite troquer le fouet contre une spatule ou une cuillère en bois pour vérifier l’onctuosité de votre crème tout en touillant gaillardement. Le mélange épaissit doucement en même temps que l’on s’approche de la température d’ébullition. Arrêtez-vous à la consistance « démaquillant », si ça vous parle. Salez poivrez et poudrez de muscade, enfin, ajoutez le jaune d’œuf et donnez un dernier coup de spatule.

Pelez les bananes et coupez-les en tranches fines sans plus… Disposez-les dans le plat à gratin, recouvrez de béchamel, parsemez de gruyère râpé et enfournez 45 minutes.

La banane plantain comme sa cousine est bourrée d’antioxydants, de vitamine B6, de manganèse et de magnésium… Son autre nom est le pomme de Paradis, comme je l’ai appris ici, raison de plus de céder à la tentation ! 

cuisine_095