Ma sage-femme a beau me dire que le soir, c’est protéines végétales uniquement, c’est pas évident tous les jours ! D’abord parce que j’ai un homme à nourrir et puis changer du tout au tout ses habitudes alimentaires, c’est plutôt coton… Enfin je me soigne, hein, enfin je crois… Beaucoup moins de beurre, plus d’huiles variées première pression, des produits frais depuis toujours et j’ai même cédé quant à ses recommandations : « Favorisez les fromages de brebis et de chèvre » ; quand on est auvergnate, c’est un peu duraille de faire la moue devant un bon Saint Nectaire ou du Cantal.

Enfin je ne suis pas la pire non plus : moi le soir, j’adore manger ma bonne soupe maison, ça me suffirait presque… avec ensuite un beau plateau de fromage, ou à la rigueur, un yaourt. Ce sont des protéines animales mais c’est surtout du plaisir ! Et c’est ce qu’il lui faut au bébé, nom de nom : Du plaisir ! Et là, sans me vanter, j’en connais un rayon. Cette petite sortira de mon ventre qu’elle me demandera déjà des huîtres avec du pain de seigle et du beurre salé!

Donc vous avez compris, c’est encore un plat de bon viandard que vous allez trouver ici. Mais alors là…là ! Qu’on ne m’accuse pas de chercher dans le compliqué ! Faut quand même manger bon sang ! Et vivre à côté. Dans la série, « j’ai acheté une botte d’estragon, maintenant faut l’utiliser », après le poulet, je demande la côte de porc !

Pour 2 personnescuisine_061

2 côtes de porc

2 cuillères à café de massalé

15 cl de crème liquide

1 noisette de beurre

200g de champignons de paris

4 ou 5 pommes de terre

¼ de botte d’estragon

1 c. à soupe d’huile de tournesol

On commence par laver et éplucher les pommes de terre. Mettez votre poêle sur feu vif avec un peu d’huile. Pendant que ça chauffe, coupez vos pommes de terre d’abord en deux dans le sens de la longueur puis chaque moitié ainsi obtenue en deux dans la longueur et enfin en fines lamelles pour que la cuisson soit plus rapide. Jetez tous cela dans la poêle, salez, poivrez et tournez de temps en temps. Quand c’est bien coloré de partout (environ 10 minutes), vérifiez la cuisson. Ça exige plusieurs allés et retours canapé cuisine mais ça les vaut !

Ensuite, on débarrasse les patates en gardant la poêle à disposition. On rince fissa fissa les champignons bien blancs pour ne pas qu’ils se gorgent d’eau. Coupez le bout des pieds (vous pouvez les garder pour donner du goût à une prochaine sauce) et mettez sans plus attendre votre poêle à chauffer avec une noisette de beurre ainsi qu’une deuxième avec à peine d’huile de tournesol et de beurre pour les côtes de porc.

cuisine_074Emincez les champignons et glissez-les au fur et à mesure dans la poêle bien chaude. Vous avez déjà mis les côtes à cuire à feu moyen quand leur lit s’est trouvé prêt. Salez et poivrez les champignons, remuez. Assaisonnez également les côtes de porc et parsemez généreusement de massalé. Retournez-les au bout de 4 à 5 minutes et recommencez l’assaisonnement.

Quand les champignons sont bien beaux bien dorés, ajoutez-leurs leurs copines les pomme de terre.

Un coup de crème sur les côtes de porc pour bien révéler les parfums du massalé, à feu vif.

On termine en saupoudrant d’estragon légèrement haché la poêlée.

Il n’y a plus qu’à déguster ! Champignon et estragon, c’est un mélange subtil et encore plus sous-bois. Le massalé quant à lui se marie très bien au porc en lui apportant sa force et son exotisme.