S’il est un dessert facile, économique, délicieux et diététique, ce sont bien les pommes au four.

En plus, pour moi, elles ont la saveur d’une madeleine de Proust. cuisine_073

Ma maman m’a toujours raconté que la veille de ma naissance, elle s’était préparé des pommes au four et que lorsque les contractions annonçant ma venue l’ont réveillée dans la nuit, elle a d’abord pensé que c’était ce gentil petit dessert avalé en trop grande quantité (faut-il préciser que ma maman est elle aussi très gourmande ?…) qui la travaillait. En réalité, j’en étais une belle de pomme au four, ça faisait deux jours que mon heure était annoncée, mais ça n’inquiétait pas trop ma génitrice apparemment !… Remarquez, je la comprends sans soucis, je suis née en pleine période de Noël, et j’avoue que les plateaux de fruits de mer, foie gras et autres délices nous font vite tourner la tête dans la famille.

Depuis, je suis abonnée aux pommes au four : c’est une solution tellement facile pour faire manger des fruits aux plus récalcitrants ! Alors dès que la saison est ouverte des belles pommes sur les étals, je lance les hostilités.

4 grosses Canada grises

50 g de sucre roux

1 cuillère à soupe de cannelle

du beurre en option….

Je prends toujours des canadas pour réaliser ce dessert jeu d’enfant. Ce sont mes préférées, c’est génétique. Il n’y a qu’elles pour bien éclater et garder un côté légèrement acidulé si agréable en bouche.

Allumez votre four à 150°C. Lavez les pommes puis avec un couteau d’office (un petit couteau), enlevez le pédoncule et le cœur de la pomme en formant un cône et en faisant attention de ne pas percer le bas de celle-ci. Disposez-les dans votre plat à four, saupoudrez d’une bonne quantité de cannelle, puis de sucre dans le cône et sur la peau même.

Si vous le souhaitez, ajoutez une noisette de beurre dans chaque pomme et enfournez une bonne demi-heure jusqu’à ce qu’elles commencent à éclater.

Laissez refroidir un peu avant de déguster avec de la glace au caramel salé par exemple… Mais dans leur simple appareil, elles sont déjà divines… On en dévore même la peau.

Ce que j’aime, c’est qu’elles s’offrent à n’importe quelle excentricité : fleur d’oranger, gingembre, sirop d’érable, miel, réglisse, carambar… A vous d’improviser.